à propos de l’ARCA

Organisme canadien de représentation et de promotion des arts visuels, la Conférence des collectifs et des centres d’artistes autogérés (ARCA) réunit les 9 associations canadiennes de centres d’artistes autogérés, lesquelles regroupent plus de 180 centres d’artistes autogérés et collectifs d’artistes consacrés aux arts visuels, aux médiatiques, aux métiers d’art et à l’architecture à travers le Canada.

L’ARCA : CE QU’ON FAIT ET POUR QUI

Depuis 2005, année de sa fondation, l’ARCA fédère les neuf associations de centres d’artistes autogérés du Canada, soutient les membres de ces associations dans l’interprétation des programmes de financement, et défend les intérêts du réseau des centres d’artistes autogérés auprès des instances nationales.

L’ARCA RÉSEAUTE

  • Depuis 2008, l’ARCA a coproduit cinq conférences nationales réunissant les acteurs de l’autogestion artistique du Canada et de l’étranger. La plus récente, Flottille, a été organisée par Atlantis à Charlottetown en 2017.
  • Par le biais de L’arca dans la poche, son infolettre mensuelle, l’ARCA distille et transmet des informations à plus de 900 abonnés. L’infolettre jouit en outre d’un taux d’ouverture supérieur à la moyenne de l’industrie.
  • L’ARCA produit un Répertoire en ligne des centres d’artistes autogérés, qui est consulté plus de 1 500 fois par mois, et produit aussi un bottin d’adresses de courriel, mis à jour annuellement et envoyé aux membres.

L’ARCA SOUTIENT

  • L’ARCA aide les centres d’artistes autogérés à gérer les changements fréquents des politiques culturelles, des priorités stratégiques des bailleurs de fonds, et des critères de programmes de financement.
  • L’ARCA recueille des données pour suivre l’évolution du réseau et coordonne des campagnes de sensibilisation pour promouvoir la reconnaissance des disciplines mal servies, telles que la performance et l’édition en art.
  • En 2017, l’ARCA a publié Le Petit gris : guide de l’édition en art et de la distribution autogérée, une publication diffusée d’abord sous forme de campagne électronique, puis en version imprimée, et portant sur le rôle de l’édition dans la culture de l’autogestion ainsi que sur les défis propres à la distribution.
  • Au printemps 2018, l’ARCA a mené une enquête pour évaluer les conditions professionnelles des artistes de la performance au Canada, afin de mieux guider le barème des redevances du CARFAC.
  • L’ARCA, avec le soutien du Fonds stratégie numérique, a offert de la formation de groupe en littératie numérique ainsi que quelques séances de coaching individuel.

L’ARCA REPRÉSENTE

  • Depuis 2013, l’ARCA rencontre régulièrement la Direction de la politique des arts du ministère du Patrimoine canadien pour explorer les façons dont les arts visuels et médiatiques peuvent tirer parti des programmes qu’offre celle-ci, et plaider pour de meilleures données sur les conditions socio-économiques des artistes et des travailleurs culturels.
  • L’ARCA participe à la Journée des arts sur la Colline, un lobby du secteur des arts coordonné par la Coalition canadienne des arts, soit l’organisation à l’origine du doublement du budget du Conseil des arts du Canada. L’ARCA a adapté la boîte à outils de la Coalition dans l’intérêt des centres d’artistes autogérés.
  • L’ARCA a coordonné trois rencontres d’une table de concertation des éditeurs en art, une sous-catégorie distincte de la production culturelle, contribuant ainsi à la création d’un profil distinct d’éditeur en arts visuels dans le nouveau modèle de financement du Conseil des arts du Canada.
  • L’ARCA, en partenariat avec l’AAMI, développe une ressource interactive et conviviale pour la gestion des revenus autonomes afin de mieux représenter la valeur des échanges de service et partenariats des centres d’artistes autogérés.

ARCA?
Notre nom complet est difficile à retenir et son sigle — ARCCC-CCCAA —, avec ses multiples C et A, compliqué à prononcer. Nous avons donc éliminé ces lettres répétées pour garder simplement « arca ». Le phylactère illustre bien notre objectif de « donner une voix » aux centres d’artistes autogérés et indique à la fois comment prononcer notre nom… sans se défaire la mâchoire. Comme il s’agit d’un pseudonyme et non d’un changement de nom légal, nous devrons continuer à utiliser le nom complet et le sigle officiel lorsque ce sera nécessaire. Nous espérons cependant que cette appellation plus conviviale vous aidera à vous souvenir de nous.

  1. Origines
  2. Mission
  3. Membres
  4. Partenariats

Les origines de l’ARCA

Dès avril 2002, lors de la conférence Convergence réunissant à Ottawa plusieurs centres d’artistes, émerge l’idée d’une organisation pancanadienne capable de défendre au niveau fédéral les intérêts communs des différentes associations régionales.

C’est le 1er mars 2004, à la suite de la conférence nationale InFest à Vancouver, que les représentants des différents centres d’artistes canadiens décident de fonder Artist-Run Centres and Collectives Conference/La Conférence des collectifs et des centres d’artistes autogérés (ARCCC/CCCAA), qui verra officiellement le jour en mai 2005, sous le signe de l’ARCA.

Pour souligner son 15e anniversaire, l’ARCA a traité en 2020 son fonds d’archives et commandé à l’auteur Edwin Janzen ce résumé des délibérations constitutives qui ont mené à la fondation de l’organisme.

La mission de l’ARCA

La mission de l’ARCA s’articule autour des axes suivants :

  • Représentation et défense des droits et intérêts des centres canadiens d’artistes autogérés en arts visuels auprès des instances gouvernementales fédérales et des associations artistiques nationales.
  • Encouragement des échanges entre les différentes associations régionales de centres d’artistes autogérés et leurs membres.
  • Réalisation d’études et constitution d’une base de documents pour aider à la définition et au traitement des principaux enjeux touchant les centres d’artistes autogérés en arts visuels.
  • Promotion de l’importance du travail des centres d’artistes autogérés en arts visuels dans la construction de la culture et de l’identité de la société canadienne.

Le Conseil d’administration et les membres de l’ARCA

Depuis l’introduction en 2014 de la nouvelle loi sur les organismes à but non lucratif, l’ARCA est composée de 27 membres représentant les 9 associations de centres d’artistes autogérés du Canada, chacune d’elles étant responsable de former un collège électoral de 3 membres nommés en assemblée annuelle.

L’Association atlantique des centres d’artistes autogérés (AARCA)

Constituée en société en 2005, l’AARCA, aussi appelée, Atlantis représente une douzaine de centres d’artistes de Terre-Neuve-et-Labrador, du Nouveau-Brunswick, de la Nouvelle-Écosse et de l’Île-du-Prince-Édouard. L’étalement sur quatre provinces rend les communications plus difficiles, mais l’association relève ce défi et tisse des liens avec d’autres groupes de pression de la région afin d’améliorer le financement des arts. Les membres actuels sont : Todd Fraser (Faucet); Sally Raab (Eyelevel); Tori Fleming (CFAT).

https://www.aarcatlantis.art/

Le Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ)

Le RCAAQ, la plus ancienne et la plus importante des associations régionales, regroupant plus de 72 centres de l’ensemble du Québec, a célébré son 30e anniversaire en 2016. Le Regroupement travaille activement à promouvoir les intérêts des centres d’artistes et à élargir son réseau au niveau international. Il offre des programmes de formation et des services de promotion des publications à ses membres et aux partenaires intéressés. Il est partenaire du Mouvement pour les arts et les lettres (MAL) et de la Coalition canadienne des arts, deux coalitions mises sur pied pour améliorer le financement des arts au Québec et au Canada. Les membres actuels sont : Catherine Bodmer, directrice adjointe, RCAAQ; Manon Tourigny (Clark); Julie Tremble (Vidéographe).

http://rcaaq.org/

Artist-Run Centres and Collectives of Ontario (ARCCO)

Fondé en 1988, ARCCO représente plus de 40 centres d’artistes et collectifs de partout en Ontario. En novembre 2008, ARCCO a organisé, à Ottawa, la conférence pancanadienne hot buttons/points chauds et, en 2015, Artists at the Centre: Moving from the Margins to Inclusion (Toronto) à l’intention des centres d’artistes de tout le pays. Les membres actuels sont : Dermot Wilson, (NCC), et Jonathan Middlelton (Art Metropole), président, ARCCO

ARCCO Facebook

Manitoba Artist-Run Centres Coalition (MARCC)

MARCC est un mélange de centres d’artistes, de galeries publiques, de festivals alternatifs, de fournisseurs de services et de programmateurs d’événements. Son principal objectif est la transmission d’informations, mais l’association veut aussi provoquer le changement et sensibiliser la population aux enjeux propres au domaine des arts au Manitoba. Les membres actuels sont : Eddie Ayoub (Art City); Mariana Munoz Gomez (Martha Street Studio); Shawna Dempsey (MAWA).

Plains Association of Artist-Run Centres (PARCA)

PARCA, en Saskatchewan, représente huit centres d’artistes de Regina, Saskatoon et Prince Albert. L’association a pour mission de défendre les intérêts des centres d’artistes dans la province, et de faciliter les communications et le réseautage. Les membres actuels sont : Amber Phelps-Bondaroff (Neutral Ground); Michael Peterson (Void); David LaRiviere (Paved Arts).

Alberta Association of Artist-Run Centres (AAARC)

Cette association facilite la représentation, le réseautage et le développement de huit centres d’artistes albertains. Ses activités visent à mieux faire connaître les centres d’artistes en Alberta pour défendre leurs droits et, à long terme, accroître leur rayonnement. Les membres actuels sont : Su Ying Strang (The New Gallery); April Dean (SNAP); Ginger Carlson (Truck).

http://aaarc.ca/

Pacific Association of Artist-Run Centres (PAARC)

La PAARC, en Colombie-Britannique, est active depuis 1988. Malgré son budget limité, l’association a pu défendre les intérêts de ses membres et mettre en valeur leurs activités avec succès. Elle compte maintenant une vingtaine de membres, avec l’arrivée de nouveaux centres de Vancouver et de l’intérieur de la province. Les membres actuels sont : Michelle Fuh (221A); Zandi Dandizette (James Black Gallery); Katrina Orlowski (grunt).

http://www.paarc.ca/

La Région autochtone

La Région autochtone est une région non géographique qui regroupe des organismes autogérés, principalement des collectifs d’artistes.

L’Association des groupes en arts visuels francophones (AGAVF)

Fondée en 1998, l’AGAVF défend les intérêts des groupes et collectifs francophones en milieu minoritaire, dont une majorité de centres d’artistes. Ses effectifs comptent actuellement des centres et des collectifs en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, en Ontario et au Manitoba. Les membres actuels sont : Rémi Belliveau, président (Collectif IRIPPA); Tam-ca Vo-Van (SAW Gallery); Lise Leblanc, directrice (AGAVF).

http://www.agavf.ca/

Membre affilié

SPiLL

SPiLL est un centre d’artistes qui se consacre à la création et à la production en langue des signes au Canada. SPiLL.PROpagation (SPiLL) a été fondé en 2009 par un groupe d’artistes sourds et leurs alliés entendants. Depuis, SPiLL explore l’intersection des langues des signes et des pratiques artistiques, et vise à favoriser les collaborations locales, nationales et internationales qui introduisent les langues des signes dans le paysage artistique, tant au Canada que dans le reste du monde. Le travail du centre est ancré dans un cadre théorique misant sur la déconstruction du phonocentrisme et la décentralisation des langues parlées et écrites dans le but de favoriser les langages gestuels et l’expérience visuelle.

Le conseil d’administration

L’ARCA est dirigée par Anne Bertrand, directrice, avec l’appui du conseil d’administration constitué des représentants des neuf associations membres et du membre affilié:

  • Président : Eddie Ayoub, représentant de MARCC et directeur artistique d’Art City inc., Winnipeg, Manitoba
  • Secrétaire : Catherine Bodmer, représentante du RCAAQ et directrice adjointe, RCAAQ, Montréal, Québec
  • Trésorière : Lise Leblanc, représentante de l’AGAVF et directrice générale de l’AGAVF, Ottawa, Ontario

Administrateurs :

  • Amber Phelps Bondaroff, représentante de PARCA, artiste et coordonnatrice de la programmation à Neutral Ground, Regina, Saskatchewan
  • Ginger Carlson, représentante de l’AAARC, directrice générale de Truck Contemporary, Calgary, Alberta
  • Sally Wolchyn-Raab, représentante par intérim d’Atlantis, artiste et directrice artistique d’Eyelevel, Halifax, Nouvelle-Écosse
  • Katrina Orlowski, représentante de PAARC, directrice des communications, grunt, Vancouver, Colombie-Britannique
  • Jonathan Middleton, représentant d’ARCCO, directeur général d’Art Metropole, Toronto, Ontario
  • Tiphaine Girault-Bath, membre de la communauté, artiste et codirectrice, SPiLL, Gatineau, Québec
  • Dayna Warren, consultante autochtone, directrice, Urban Shaman, Winnipeg, Manitoba

Ancien directeur et ancienne directrice de l’ARCA : Daniel Roy (2005-2011) et Annie Gauthier (2011-2012)
Anciens présidents et anciennes présidentes du conseil d’administration : Tarin Dehod, Todd Janes, Cindy Baker, Jonathan Middleton, Michelle Bush, Bastien Gilbert

Partenariats entre l’ARCA et ses membres

Les collaborations et les coproductions sont définies comme étant des projets, par exemple un colloque, une conférence, un atelier, un symposium, une publication (imprimée ou numérique) ou toute autre forme d’activité, entrepris par un ou des membres de l’ARCA avec un concours financier ou autre approuvé par le conseil d’administration de l’ARCA.
Depuis sa fondation, l’ARCA a accueilli à tour de rôle les propositions d’associations de centres d’artistes autogérés qui, sur une base volontaire, ont exprimé leur désir de produire une conférence (ou toute autre activité).

Les associations de centres d’artistes autogérés sont responsables de déterminer le processus interne de sélection du projet (par exemple, avec le soutien d’un comité de programmation, d’un comité consultatif, de commissaires, etc.) afin que celui-ci reflète les intérêts et les besoins de l’ensemble des centres d’artistes autogérés. Dument mandatées par leurs membres, les associations doivent soumettre un projet (ou un appel de propositions) et un budget préliminaire au conseil d’administration de l’ARCA aux fins de discussion et d’approbation de la contribution financière de l’ARCA.

Dans l’éventualité où plus d’un membre émettrait le désir de s’engager dans un tel partenariat, le conseil d’administration ferait le maximum afin d’accommoder toutes les requêtes en temps et lieu, et suggèrerait un ordre de priorité, en accord avec les objectifs et le plan d’action de l’ARCA.

La Conférence des collectifs et des centres d’artistes autogérés est membre des associations suivantes :